Dans la nature

LE CHIEN DE CANAAN DANS LA NATURE


L'organisation sociale en meutes


On trouve le Chien de Canaan dans les collines de Judée, en Galilée, dans le désert du Néguev et dans le sud d'Aravah où il vit en meutes, c'est à dire en groupes hiérarchisés.

L'origine exacte de ces meutes n'est pas réellement identifiée, mais il est clair qu'il existe un lien avec les Chiens de Canaan semi-domestiques des tribus bédouines et des villages arabes de ces régions qui ont été rendus à l'état sauvage lors de l'évacuation du Golan par les Syriens pendant de la guerre des six jours en 1967. Il semble en outre qu'elles puissent encore être ralliées de nos jours et à l'occasion par des chiens semi-domestiques. Les échanges peuvent d'ailleurs s'opérer également dans l'autre sens : des chiens sauvages peuvent opter pour une vie semi-domestique, en particulier lorsqu'ils ont été blessés ou lorsqu'il devient trop dangereux pour eux de vivre en meute.

Les meutes qui ont pu être observées jusqu'à présent sont composées de 5-6 chiens pour les plus petites, et d'une vingtaine de chiens pour les plus grandes. Elles adoptent un comportement extrêmement méfiant vis-à vis de l'homme et très territorial vis à vis des autres prédateurs comme les loups, les chacals et les hyènes. Elles survivent en chassant des lièvres, perdrix, souris et campagnols, ne dédaignant aucune source de nourriture, y compris celles qu'offrent les dépotoirs et autres poubelles. Occasionnellement, elles s'attaquent aux moutons et aux veaux des fermiers.

Elles comprennent des chiens adultes, mâles et femelles, et des chiots de plus de 7-8 mois. Les mères qui ont des chiots plus jeunes se nourrissent le plus souvent avec la meute, mais la quittent pour retrouver ces derniers, abrités dans une tanière et isolés de la meute. La tanière est creusée à flanc de coteau. Elle est en forme de L grossier coudé à gauche en entrant, et terminée par un renflement rond dans laquelle les chiots résident le plus souvent. Cette tanière est toujours tenue très propre par le ou les parents et par les chiots eux-mêmes : on a pu observer des chiots de deux mois et demi ramper en dehors de celle-ci pour déféquer. Certaines chiennes vivent cette période d'élevage des petits de manière solitaire, parfois en couple, et constituent une sorte de « mini-meute » qui évolue sur le même territoire que la meute d'origine, mais à l'écart. En tout état de cause, il n'a jamais été observé de chiots de moins de 6-7 mois au sein d'une meute.

L'observation de la couleur des robes des chiens qui vivent en meute à l'état sauvage et les règles génétiques de transmission des patrons de robe permettent d'affirmer que ces groupes réunissent des individus de la même famille ou apparentés.

L'accès à la nourriture


Les meutes se déplacent la nuit pour se nourrir, dans une période de trois ou quatre heures après la tombée de la nuit ou avant le lever du jour. Elles peuvent à l'occasion se nourrir le jour lorsque l'opportunité se présente, mais c'est surtout à ces heures là qu'elles se mettent intentionnellement en quête de nourriture sur leur territoire habituel de chasse. Elles maraudent alors à proximité des décharges d'ordures, des corrals, des porcheries, des bergeries et des volaillers. La meute profite en général du mauvais état des clôtures des enclos, et peut aller jusqu'à creuser en dessous pour accéder à ses proies.

Les petites prises comme les dindes, les porcelets et les agneaux sont emportées pour être consommées en sécurité alors que les grosses prises comme les veaux sont mises à terre, les chiens les saisissant aux jarrets et au cou, puis sont consommées sur place.

Dans la nature, le Chien de Canaan se révèle un prédateur efficace : on a pu par exemple observer dans le sud du Néguev un Canaan mâle attraper seul une gazelle adulte pour s'en nourrir sur place.

L'eau, denrée essentielle


En Israël, l'eau est une denrée rare et les Chiens de Canaan doivent absolument avoir un point d'approvisionnement en eau sur leur territoire, habituellement sous la forme d'une source ou d'une résurgence. Ils peuvent également boire à l'occasion l'eau des flaques présentes dans les zones irriguées, voire transpercer avec leurs dents les tuyaux d'irrigation en polyéthylène pour en obtenir.

La lutte contre les parasites


Lorsqu'il peut trouver de grande flaques de boue fraîche dans un champ ou dans un verger, le Chien de Canaan s'y roule, laisse sécher la boue sur lui puis se secoue vigoureusement pour l'éliminer, ce qui lui permet de se nettoyer et de se débarrasser de certains parasites. En général, son pelage est assez propre et l'on n'y retrouve pas de tiques, sauf sur des zones peu accessibles comme derrière les oreilles et sur l'arrière du cou, car il les arrache avec ses dents. Il est permis de penser que l'épaisseur de son sous-poil décourage également les puces d'y élire domicile.

Combats et agressivité


Les combats les plus fréquents et les plus graves s'observent généralement entre individus de meutes différentes, pour l'accès à la nourriture ou le territoire qui l'abrite. Il est à noter que ces combats impliquent de la même manière les femelles et les mâles, ce qui exclut de fait une dominance absolue de ces derniers. Dans une même meute, les combats sont plus rares. Ils sont liés soit à la nourriture, soit à l'accès aux femelles en oestrus et sont toujours moins grave que les combats impliquant des individus de meutes différentes.

Où trouver actuellement des Chiens de Canaan en Israël ?


De son ancêtre commun avec le loup, le Chien de Canaan a conservé une extrême méfiance à l'égard de l'homme, qu'il sait mettre à profit pour sa survie. C'est sans doute pour cette raison qu'il existe encore à l'état sauvage et qu'il a pu échapper aux fermiers et aux agents gouvernementaux de lutte contre la rage qui cherchaient à l'éliminer. Ces trente dernières années, les meutes de Chiens de Canaan ont élu domicile dans les abords des lignes de cesser le feu et des bases militaires d'Israël où les interférences avec l'homme sont moindres.



Dernière modification : jeudi 3 mai 2018 - © Copyright 2003-2012 Canaan Club de France
Identification WALDEC : W601002058 - Bouniols - 46170 Castelnau Montratier
Président : Laurence Ariès - Webmestre : Stéphanie Simon - Hébergeur : OVH - 140 Quai du Sartel - 59100 Roubaix - France
Optimisé pour Microsoft Internet Explorer 6.x ou plus et Mozilla Firefox 1.5.x ou plus, à une résolution d'écran de 1024 x 768 pixels